Les objets communiquent … doucement

nabaztag

Je suis toujours étonné du peu de possibilités qui nous est offert pour connecter nos « objets » au réseau Internet. Évidemment les ordinateurs portables, téléphones et autres moyens de communication classiques le sont (et encore), mais quand est-il pour les objets du quotidien ?

J’ai remarqué depuis quelques temps chez le vendeur du Nabaztag des timbres RFID qui permettent de rendre « communiquant » les objets classiques. Le système baptisé Mir:ror ne fait que relier l’identité du timbre à une série d’actions que vous pourrez programmer sur le site du vendeur. C’est un peu court pour parler d’objets connectés mais bon, c’est mieux que rien.

Pour le reste, est-ce que mon frigo peut passer une commande directement ? Est-ce mon four peut aller chercher des temps de cuisson en fonction de ce que je mets dedans ? Ou même aller chercher des recettes en fonction du contenu de mon frigo ? Pour le moment non, tant pis.

Mes exemples restent un peu basiques vous me direz, mais imaginez que mon fameux frigo (bon c’est peut être un mauvaise exemple …) puisse connaitre la date de péremption des aliments, faire des analyses de germes en direct même, recevoir des informations sur des lots de laits contaminées (au hasard), transmettre à mon médecin le contenu de mes repas pour faciliter un diagnostic ou le contraire, imaginer des recettes en fonction des pathologies … De même ma montre ou ma carte vitale pourrait être en liaison directe avec mon dossier médical et, en cas de pépins, discuter avec le matériel du médecin ou du SAMU.

Imaginons maintenant des réseaux d’objets communicants, un peu à l’image de nos réseaux sociaux actuels. Les lapins pourront échanger leurs expériences sur les habitudes de leur propriétaire, les ipod choisiront directement les morceaux les plus populaires, les frigos demanderons aux magasins les légumes de saisons et pourront « imaginer » des menus sur plusieurs jours …

Pour le moment, mieux vaut rester calme, l’ère de l’Internet des objets est devant nous. Nous voyons arriver petit à petit les puces RFID pour suivre les déplacements de ces objets mais cela ne suffit pas vraiment à les rendre communicants. En tous cas, c’est une sacrée perspective !

Vous êtes prêts ?

0 thoughts on “Les objets communiquent … doucement

  1. Agathe

    Moi le frigo qui m’alerte sur les dates de péremption des aliments qui se trouvent à l’intérieur ça m’intéresse !
    Ceci dit certaines fonctionnalités dont tu parles existent déjà, sans avoir besoin d’être connecté à Internet : par exemple, mon four détermine tout seul le temps de cuisson et le programme nécessaire pour cuire une tarte aux pommes.
    Après, que les objets du quotidien soient connectés à Internet pour choisir à notre place les légumes, les morceaux de musique, la liste des courses, et les repas, c’est à mon sens « tirer » les gens vers le bas. Plus besoin de savoir quelle est la saison des poireaux ou des cerises, inutile de chercher quels petits plats mitonner le week-end… J’ai l’impression qu’on se dirige vers l’ère du « toujours moins » : je sais moins de choses par moi-même, je passe moins de temps à faire certaines choses, je choisis de moins en moins, etc.

  2. gmaubon Post author

    Je me suis certainement mal exprimé dans mon article, Agathe. Je n’attends pas que les objets choisissent à notre place mais nous offrent des possibilités.

    Je pense qu’il est possible de tirer les gens vers le haut, que les propositions peuvent être « responsables » et porter par exemples sur des légumes de saison pour envisager des recettes !

    Aujourd’hui les plats préparés ou les surgelés ne nous prennent pas grand chose. Peut-être que les propositions de mon frigo seront plus éducatives 😉

    Et puis si je passe moins de temps à faire certaines choses, je dégage du temps pour autre chose non ? Nous n’allons pas vers une société d’oisifs complets !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.