Cloud on the way … même sur nos postes

Jolicloud vs Chrome OSDeux annonces intéressantes cette semaine dans le monde des OS. Google nous dévoile sa stratégie de rapprochement entre Google Chrome OS et les netbook, et Tariq Krim annonce la disponibilité en téléchargement de JoliCloud.

Les deux systèmes ont la particularité d’être taillés pour des configurations « light » et d’utiliser au maximum les ressources sur Internet. Chrome OS est 100% web et si vous utilisez déjà le navigateur Chrome, vous ne serez vraiment pas surpris. Inutile de vous dire que pour en tirer un plus grand bénéfice, mieux vaut être un utilisateur des solutions et services Google ! Il ne sera pas possible d’y installer des applications. La sécurité serait donc renforcée (pas de virus sur le poste) mais pas la souplesse d’utilisation … Il reste aussi à résoudre le problème des périphériques comme les imprimantes, les scanners et autres extension bien utiles. Google à annoncé la reconnaissance des périphériques de stockage comme les disques durs et les clés USB.

JoliCloud prend une voie intermédiaire entre Chrome OS et Windows puisqu’il propose un bon nombre d’applications « classiques ». Cependant ici aussi l’accent est mis sur l’utilisation en ligne. Peu de description sont disponibles, je ne vais donc pas me lancer dans une comparaison entre les systèmes. Je récupère la bête et je la teste ! Pour le moment je vous conseille de lire le test sur Le blog de Cyrille BORNE.

Au delà du coté purement technique, ces deux systèmes posent plusieurs questions qui rejoignent l’évolution du web actuel. On entre bien dans le RealTimeWeb tout d’abords car hors connexion point de salut ! Aujourd’hui je suis encore septique sur nos possibilité d’être tout le temps connecté en mobilité. Même si l’avenir semble être à la concentration urbaine « ultraconnect » il va falloir un peu de temps pour y arriver. Avoir un téléphone pour surfer occasionnellement et envoyer un ou deux twits c’est une chose, utiliser un ordinateur portable et travailler avec c’est différent. La seconde question fondamentale est celle de l’authentification sur le web et donc de la traçabilité de nos données. Pour les deux OS, l’ouverture d’un compte est nécessaire. Qui va gérer ces données ? Quels moyens de contrôle avons nous ? Et comment définir la propriété de mes données par rapport à la propriété de l’infrastructure pour y accéder ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.