« no brand is your friend » ou la déprime post Facebook

brandDeux contenus m’ont particulièrement marqués cette semaine, l’article de Grégory Pouy sur les « gurus du social media  » et la présentation de Michael Paredrakos  « no brand is your friend« . Ces deux visions représentent assez bien l’espèce de désillusion actuelle sur l’usage des médias sociaux,  à la fois du coté des marques et du coté des gens ! Comme je suis plutôt optimiste, j’y vois une certaine maturité 🙂

L’article de Grégory Pouy résume bien ce que la plupart des professionnels du domaine savent depuis un ou deux ans. On ne va pas sur les réseaux sociaux sans une stratégie, des objectifs et des moyens adaptés. C’est tellement bête à dire que je me demande pourquoi il fait le répéter sans cesse … La course aux buzz que nous voyons depuis quelques années est sans fin. Certaines marques savent en jouer, mais au prix de moyens non négligeables (Orangina, Red Bull, etc.) ! Penser aujourd’hui qu’on va cartonner avec une blague et une photo postée sur Facebook par un stagiaire auto proclamé Social Media Manager, montre un sacré problème de compréhension de la communication en général et des outils sociaux en particulier …

Cela doit aussi être clair : si vous n’êtes pas porteur de valeurs fortes (Grégory Pouy parle par exemple d’ Harley Davidson), ne croyez pas avoir une communauté de fans ! Je n’ose pas dire que tout le monde s’en fou de vous, mais je n’en pense pas moins 🙂 Bon j’exagère un peu car avec un bon discours (parler de sujets intéressants, pas de vous en particulier) vous pouvez vous positionner de manière plus efficace. C’est la notion de « communautés verticales » détaillée dans l’article.

Pour compléter ce point de vue, je vous invite à lire la présentation ci-dessous de Michael Paredrakos (plus de 80000 vues au moment où j’écris ces lignes).

Résumé à la hache le message est assez simple : « les marques veulent votre argent, peu importe le moyen ». Je pense que c’est une bonne vision du sentiment général que vous avons, nous consommateurs. Et comme le précise Grégory Pouy dans son article :

« Une étude d’Adobe montre que 2% des américains considèrent comme crédible l’information sur le web social, idem chez Forrester »

Et maintenant ? On va tous chercher un nouveau job (ou une corde …) ? Restons optimiste, les deux auteurs nous donnent les pistes pour améliorer les choses, en commençant par éviter de prendre ses clients pour des c…. 🙂 Établir des relations prend du temps et demande des efforts, et pas que financiers. Savoir écouter ses clients et ses prospects, savoir se positionner sur ses valeurs ou sur ses expertises, savoir apporter LA valeur ajoutée dans une discussion, voilà les ingrédients de votre réussite !

Let’s go !

2 thoughts on “« no brand is your friend » ou la déprime post Facebook

  1. Pingback: Eat24 abandonne Facebook … et alors ? | Grégory MAUBON

  2. Pingback: TEDxRennes 2014, la différence comme atout commun ! | Grégory MAUBON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.