Un point de vue subjectif sur les tables rondes de Laval Virtual 2016 (3/3)

Troisième et dernier article sur les tables rondes de Laval Virtual 2016, qui sera consacré à le journée du vendredi 25 mars et au thème de la formation. Déjà abordé en 2015, ce sujet reste d’actualité car beaucoup de nouveautés viennent le bousculer.

Les précédents articles sont disponibles ici et ici.

Cette année nous avons choisi deux axes assez différents sur le sujet de la formation, l’utilisation de technologies immersives et collaboration d’une part, et les pistes pour « industrialiser » l’utilisation de la RA et la RV dans toutes les formations et pour de larges publics. D’une manière assez générale, les questions restent nombreuses dans ce domaine et on sent qu’il se transforme rapidement.

La formation collaborative immersive

t_25509796304_cd422f0f7e_zSi l’immersion est assez simple à définir, la notion de collaboration est plus complexe. Il y a en effet de multiples niveaux, chacun adapté à une situation particulière. Il semble acquis que la collaboration, et l’interaction qui va avec, facilite la formation et augmente son efficacité. Elle permet en effet de mettre en avant le coté social à la fois en présentiel et à distance. Elle améliore également le transfert de compétence entre le virtuel et le réel.

La représentation de personnes (ou des robots) dans les environnements immersifs reste un sujet ouvert. La représentation réaliste, l’avatar, l’interaction multi sensorielle, la simplification des traits, … sont des possibilités, et aucune ne semble supérieure aux autres. Le cœur du problème est la confiance qui peut se créer entre les personnes à travers leur représentation. Le visage et la retranscription des expressions ont une place importante dans ce lien. La génération qui a grandit avec les tchat et Facebook semble plus à l’aise dans cette circonstance. Encore une fois, cela dépends du contexte.

Les équipements techniques sont aussi au coeur du débat, en particulier avec l’arrivée des casques comme le « Vive » de HTC qui bouleverse le domaine. Son coût est en effet bien inférieur à celui d’un CAVE et permet des immersions plus complètes puisque l’utilisateur n’a plus conscience de l’environnement réel (ni parfois de son corps). Le CAVE reste cependant encore plus pratique pour les interactions « naturelles » d’après les spécialistes. Nous avons également abordé le coté applicatif de ce type de formation en soulignant en particulier que les coûts de développement restent élevés. En effet, la création des contenus et la construction des parcours pédagogiques demandent des moyens importants pour être efficace. De plus elle demande des compétences particulières et donc une évolution de la formation des formateurs. C’est ce dernier point qui peut poser des problèmes de résistance aux changements dans les organismes présents sur le marché. Il faut cependant mettre en regard de cela les économies réalisées sur les déplacements et la logistique d’une formation plus classique.

t_26022037372_36396463f8_zLa RA et la RV dans tout et pour tous ?

La seconde table ronde s’est élevée au dessus de la technologie pour aborder le point de la diffusion de la RA et de la RV dans tous les types de formation. Plusieurs constatations s’imposent :

  • L’utilisation de plus en plus massive de la RA et de la RV est inévitable car elle accompagne l’adoption de ces technologies par le grand public. Cela va prendre un peu de temps mais suivra le même chemin que l’usage de l’internet et du smartphone.
  • Pour qu’elles ne soient pas des gadgets « de luxe » il est nécessaire de comprendre quel est leur place dans une chaîne de formation (initiale, continue, ponctuelle, etc.) et quel est la qualité nécessaire du contenu. Le pire scénario est de faire de la RA/RV « low cost » au mauvais moment !
  • Encore une fois, la création de contenu étant une opération coûteuse, il est nécessaire de ne pas réinventer la roue et d’utiliser des plateformes pouvant combiner des briques élémentaires de formation pour créer des parcours les plus personnalisés possibles, de manière simple.
  • Malheureusement, il n’y a pas de standard ou de norme affirmée pour cela aujourd’hui et il est donc nécessaire de « choisir son camp » en fonction des différents produits proposés …

t_26022038552_46f15f71af_zAu delà de ces quelques points, il apparaît que le monde de la formation est aujourd’hui peu familiarisé avec ces technologies et avec les bénéfices (et les risques) qu’elles apportent. Pour reprendre les termes d’un des intervenants, Bernard Blandin « Il y a un travail de fond à faire sur le rôle de l’enseignant vis-à-vis de la technologie dans l’acte d’enseigner ou dans l’acte de formation. » Ca a le mérite d’être clair, le métier de formateur a changé et la transition ne se passe pas sans friction ! Cependant, quelques expériences ont déjà montré les bénéfices en termes de temps, d’efficacité et de coût.

Un fil rouge sur l’ensemble des tables rondes ?

Il est toujours compliqué de résumer plus de 12 heures d’échanges en quelques phrases 🙂 Je ne peux cependant pas m’empêcher de relire mon article de 2015 sur la perte de contrôle et de penser que nous sommes toujours dans cette situation. Le progrès technologique est fulgurant et, même moi qui suis baigné dedans, j’ai parfois l’impression d’être dans un roman de science fiction. Il va toujours plus vite que les usages et le public va toujours plus vite que l’entreprise. Il en résulte des « chocs » permanents dans la plupart des domaines et des professions, qui créent les populations « conservateurs », « évolutionnistes » et « dynamiteurs » dont je parlais en 2015. Malheureusement dans une société de réaction permanente j’ai l’impression que les évolutionnistes sont de moins en moins nombreux, ou peut-être de plus en plus fatigués 🙂 Même si les dynamiteurs (ou ubérisateurs de tout poil) semblent les plus séduisants, je doute beaucoup de leur capacité à installer des changements durables et à capitaliser de la connaissance et de l’expérience.

Si je peux donc me permettre un conseil en forme de conclusion : restez sceptiques ET ouverts sur les solutions technologiques qu’on vous présente,  prenez un temps raisonnable pour réfléchir et mettre en place les choses et, surtout, capitalisez vos expériences !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.