Digital Natives vs Digitals Nomads

Les digital Natives

Je suis en train de lire de plus en plus d’articles, sur les blogs et les sites, à propos de la génération des « digital natives » (DN), c’est à dire les personnes nées dans un monde où l’Internet et les usages « publics » (par opposition aux usages militaires ou exclusivement universitaires) sont répandus. Vous trouverez des tas de descriptions de cette catégorie de personnes sur les moteurs de recherche, et pour commencer :

La question que je me pose après ces lectures est : y a-t-il vraiment une génération de natifs numériques où plutôt, est-ce que le fait de naître dans cette génération fait de vous des êtres « 2.0 » ? L’article assez caustique de Jean-Michel Valette sur Le Blog de Saamarande résume un peu mes doutes. Bref, est-ce l’outil ou les outils qui créent la fonction ?

Certaines choses sont évidentes pour moi, en particulier que l’accès global à l’information à travers Internet et la possibilité simple de la commenter (dans nos sociétés) à profondément modifier nos rapports à cette même information. C’est encore plus vrai pour cette génération qui à toujours connu cela. Les réactions des étudiants dans le film de l’article de Laure nous montrent le questionnement sur la pertinence de l’information en ligne, sur l’identité numérique et donc sur la signature de ce que l’on partage, sur la volonté d’être « ensemble » plus « qu’au même endroit »

Cependant est-ce que les outils du web 2.0 vont suffire à faire collaborer naturellement et engendrer un partage de l’information ? J’en suis beaucoup moins sûr car je reste convaincu que la technologie s’adapte au comportement des gens et non le contraire. Nous avons tous connu pendant nos études (ou nous connaissons) des personnes qui partageaient naturellement leurs connaissances et d’autres qui ne lâchez rien. Aujourd’hui les premiers créeront un groupe sur Facebook pour mutualiser les informations et alimenteront leur twit, mais que feront les seconds ? Je prends le pari qu’ils seront dans le groupe pour récolter sans rien donner …

Attention, je ne suis pas pessimiste ! Je pense simplement que le comportement « 2.0 » viendra petit à petit pour les DN et pour les autres, à force d’éducation et d’exemples. L’éducation est pour moi primordiale (c’est mon coté « j’aime l’école » et « A coup de livres, je franchirai tous ces murs« ). Les enseignements font un important travail sur ce sujet et leur rôle n’est pas des plus simple (voir le rapport « Métier d’élève, métier d’enseignant à l’ère numérique« ). Par contre, on peut être plus pessimiste sur les actions gouvernementales actuelles qui ne semblent en rapport avec la réalité de l’Internet d’aujourd’hui. L’exemple de la loi HADOPI est malheureusement symptomatique. Le concept de la journée « sans écran » est plus caricaturale, cependant cela ne participe pas à la confiance dans les technologies numériques.

Coté entreprise je suis dans la même idée, je crois plus au concept des Digital Nomads, des DN également mais avec un aspect communautaire qui va au delà de l’âge et c’est fondamental ! Il n’y a pas de ségrégation toute faite, tout le monde peut intégrer les outils et surtout partager ces valeurs « 2.0 ». Je vous conseille sur ce point l’article de Vincent Berthelot « Les RH et la génération 2.0 » qui exprime bien l’absurdité de fonder aujourd’hui des analyses sur les classes d’âges.

En résumé, l’Internet modifie aujourd’hui notre façon de communiquer avec le monde. C’est un fait. Les personnes nées avec devront forcement l’utiliser, comme nous nous servons aujourd’hui d’un téléphone. Il serait cependant illusoire de croire que cette utilisation sera innée. Dans sa vie ou dans son entreprise, il ne sufit pas d’être « native » pour être participatif.

PS 26/08/2008 : Une enquête de la NHK sur les Digital Natives.

0 thoughts on “Digital Natives vs Digitals Nomads

  1. Laure Dessaux

    Je suis d’accord avec toi sur le point « il ne suffit pas de naître avec les technologies 2.0 pour être 2.0 ». C’est une question d’éducation, de personnalité et d’ouverture d’esprit.

    Même si je reste convaincue que les générations qui sont nées ou qui ont grandit avec, ont forcément une certaine facilité d’adaptation, plus simple et plus rapide que les générations d’avant qui ont dû s’y mettre par contrainte professionnelle par exemple…

  2. Grégory

    Oui Laure, je suis aussi certain les les personnes nées avec Internet auront beaucoup moins d’appréhension à s’en servir et donc pourront plus facilement intégrer le monde de « travail participatif » dont nous parlons. Cependant je suis en train de lire « Métier d’élève, métier d’enseignant à l’ère numérique » et je pense que nous (les personnes très impliquées dans le 2.0) avons une vision de l’usage des TIC chez les jeunes un peu caricatural. Je continue la lecture de ce rapport et je synthétiserai je que j’en retiens.

  3. Pascal Minguet

    Ce qu’il y a de bien avec les « natives » c’est qu’ils ne se posent pas des tonnes de questions, ils utilisent. Et quelque part c’est souvent comme çà que certains usages naissent (Messageries sur Minitel, SMS, pour faire actuel).
    De la techno, de l’usage ou de l’adaptation… pour moi l’humain depuis la nuit des temps s’adapte, d’ailleurs il est toujours là. A cette échelle du temps laissez moi rire avec tout le foin sur le 2.0 c’est un petit truc de 5 à 7 ans maxi. On va rigoler dans 5 ans, quand on lira, ou verra ce que l’on écrivait là dessus. Une messagerie aura forcément un répertoire avec pour chaque destinataires, leur page Wiki, leur passion, leurs avatars et autres. J’espère depuis 20 ans qu’on réussira a changer d’interface (souris, fenêtres, qui dae d’il y a bientot 30 ans et qui est tout sauf pratique).
    Alors avançons, adaptons nous, dans certains monde, il faudra quasi une génération, les produits numériques qui sont rentrés le plus vite dans la vie courante sont … les consoles de jeux (Laure oui ta DS) puis les baladeurs numériques et les téléphones mobiles. Le PC a mis une génération, comme la TV…
    Alors partager & être actif, ou prendre & tirer profit… ce n’est pas qu’un problème technologique et numérique… j’ai même tendance à croire que c’est… humain (malheureusement pour quelqu’un qui partage beaucoup).

    Bonne fin de week-end

  4. xavier.aucompte

    Attention, je vois trois erreurs dans ton article et cela dès ton introduction. Cela amène obligatoirement à des réponses étonnantes, je pense.

    En premier lieu, tu mets dans le même lot génération Y et Digital Native. Je ne crois pas que les deux soient exactement les mêmes mais parfois se recoupent.

    Les premiers sont liés à un mode de vie, de comportement et de vision que les sociologues, très marketeurs, ont sorti du chapeau.

    Les second sont un groupe désigné par le fait qu’ils sont nés à l’époque de la nouvelle ère technologique. C’est un terme qui vient plus des geeks eux-même à mon avis.

    En second lieu, tu résumes à internet. Je dirai que ce sont surtout les uns et les autres des utilisateurs de téléphones portables, du sms, de jeux vidéos, … et d’internet. Cette différence a beaucoup de conséquences.

    En troisième lieu, tu limites l’être 2.0 à la seule collaboration ou plus réellement au participatif. Je ne crois pas encore une fois que cela correspond à cela.

    Cela me pousse à reprendre ton article qui propose de bons liens et de travailler dans les semaines à venir sur un petit dico sur tous ces mots. On peut y travailler ensemble!

    Et on fera des conférences payantes… (petit clin d’oeil à pascal).

  5. gmaubon Post author

    @xavier, merci pour ton commentaire. Il va me permettre d’approfondir un peu les chose

    Je suis d’accord avec sur le fait que, même si ces deux populations se recouvrent en partie, elles représentent des réalités différentes. Après tout, la génération Y c’est une classe d’âge comme les autres générations avant elle. Il est toujours un peu compliqué de résumer une classe d’âge par des comportements stéréotypés mais bon … c’est le miracle des statistiques ! En passant je te conseille le blog http://www.generationy20.com sur le sujet et celui un peu plus décalé de http://www.culture-digitale.fr ! Le concept de digital native, en tout cas comme je l’ai compris, regroupe plutôt un ensemble de comportement liés à la technologie et à la communication (je n’ose pas dire un mode de vie). C’est aussi pour cela que je suis moins convaincu par le terme « native », puisque je pense qu’on peut acquérir cette mentalité à tout âge. C’est vrai toutefois que cela parait plus naturel pour une personne jeune qui est né dans notre monde digital.
    En parlant de cela, je viens de lire le livre blanc de BlueKiwi « Comment tirer profit des Réseaux Sociaux Professionnels ? » (http://www.bluekiwi-software.com/fr/entreprise20) et apparemment eux aussi semblent faire l’amalgame ? C’est plus étonnant de leur part non ? Quoique cela me paraît surtout un raccourci pour vulgariser le concept.

    Je me concentre peut être un peu trop sur l’Internet en effet. Je suis d’accord avec toi sur l’importance de la communication mobile (SMS et autre) dans cette culture. Cependant, je continue de croire que nous allons tranquillement vers la convergence des communications vers Internet. Nous aurons probablement encore une différence tant que les grands acteurs de la téléphonie et de l’Internet n’auront pas fusionner leurs offres, mais cela viendra. Et puis finalement les outils comptent peu, ce sont les contacts qui semblent important pour cette culture non ?

    Pour ma vision de l’être 2.0 et de son coté participatif, je l’avoue c’est un aspect qui me plait beaucoup et c’est pour cela que je le met en avant. La discussion que j’ai eu avec Vincent en février sur les liens sociaux en entreprises et l’impact des outils 2.0 dessus ne vas pas arranger les choses 😉
    Mais bon, j’attends de personnes comme toi l’ouverture de mes horizons !

    Je suis à ta disposition pour participer aux réflexions en tout cas ! Et je n’ai rien contre des conférences payantes 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.