L’engagement « one-click »

Je me suis déjà posé des questions il y a quelques temps sur la réalité des engagements que les internautes peuvent avoir en passant, par exemple, par des « causes » Facebook et les inscriptions dans les groupes (sur le blog de Dix-Katre). J’ai essayé, depuis, de faire avancer mes idées la dessus pour comprendre l’intérêt des outils 2.0 pour les associations et les groupes qui veulent fédérer une population autours d’un thème.

rz_42Tout est parti du groupe FB « La moutarde doit rester  » Made in Dijon » !!!!!! » qui comptent aujourd’hui plus de 15000 membres. Créé en réaction à la fermeture annoncée de l’usine Amora-Maille de Dijon, ce groupe n’a cessé de grossir et aujourd’hui encore, le mur continue d’être alimenté régulièrement. Un autre groupe existe d’ailleurs « Contre la fermeture de l’usine historique Amora à Dijon » avec lui plus de 6200 membres aujourd’hui. Comment les membres de ce groupe voient-ils leur « engagement » ? Quelles actions concrètes ont été montées ? Je n’ai pas de réponses à ces questions.

Sans se focaliser sur le cas Amora, il existe de nombreux cas similaires sur FB et ailleurs, où on demande aux personnes de « s’engager ». Un article de l’Atelier, qui reprend une étude américaine, m’a remis la question en tête. Elle semble montrer qu’il n’y a pas vraiment de différence entre engagement « réel » (adhérer à une association, militer pour une cause, etc.) et « virtuel ». Cette étude étant basée sur la campagne américaine et en particulier sur celle de B.OBAMA, elle ne saurait représenter l’ensemble des internautes et de leurs engagements mais elle est intéressante.

rz_11Un autre point abordé dans l’article n’est pas vraiment nouveau, il s’agit de la simplicité d’utilisation d’Internet et de sa portée mondiale. On pourrait dire la même chose en abordant le e-commerce 😉 Donner de l’argent par le Net est simple et les internautes sont prêts à le faire. Il n’est pas évident qu’ils iront ensuite plus loin mais ils peuvent constituer un fond de soutien à ne pas négliger. Avoir une ouverture mondiale pour un investissement qui reste tout de même raisonnable, c’est une opportunité pour les « causes ».

Pour prendre un exemple, vous connaissez peut-être Fanny GAMELIN qui a lancé un appel sur Facebook pour récolter 200000€ destinés à payer les salaires de l’entreprise de son père. Ce groupe a aujourd’hui plus de 16000 membres et a récolté plus de 150000 € ! Le tout en un peu moins d’un mois. Il est d’ailleurs possible de suivre presque jour par jour l’évolution de la somme et de discuter facilement avec Fanny par le groupe. Voici un autre exemple que vous connaissez peut-être également puisqu’il est plus local. Le CHU de Dijon a lancé un appel aux dons publics pour acquérir un robot chirurgical d’une valeur de 1700000€ avec le soutien des médias « classiques » et la possibilité de récupérer 66% du don par déduction fiscale. Cette opération a été lancée mi-novembre et il semblerait que le montant récolté soit d’environ 70000€ d’après la Gazette de Côte d’Or. Je n’ai pas trouvé de chiffres plus récents sur le site du CHU ou ailleurs.

Il n’est pas dans mon intention de comparer ces deux demandes car elles n’ont rien de comparables. Je suis simplement obliger de constater que les impacts, en fonction des moyens engagés, sont différents. Cela ne veut évidement pas dire que les blogs, Facebook ou les autres services « 2.0 » permettraient de répondre à la demande du CHU en 2 mois. C’est cependant dommage que l’Hôpital se prive de cette caisse de résonnance, non ? Quelqu’un va leur proposer l’idée ?

rz_20bJe terminerai en pointant du doigt un des aspects les plus intéressants pour moi de cet engagement « en ligne ». Au delà de son importance, il permet aux personnes concernées de rester en contact les unes avec les autres, comme c’est souligné dans l’article de l’Atelier. Ce lien fort entre les gens partageant une idée commune me semble être un formidable outil d’implication. Mais attention cependant, il faut jouer le jeu jusqu’au bout ! Si on demande à quelqu’un de donner son avis, il va le faire !! Bref pour les « gentils organisateurs » il faut maitriser un minimum les outils, et peut-être même un peu plus …

Les photos de cet articles sont libres de droits et proviennent de Photos Libres.

Tagged on: , , ,

0 thoughts on “L’engagement « one-click »

  1. Pingback: Recherche de financements par Facebook « nAnnie’s Blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.