RuralCamp Dijon : Monnaies complémentaires / Monnaies du coeur

rc3aJe vous présente ici un petit compte rendu sur ce qui s’est dit durant l’atelier sachant que je ne prétends pas être exhaustif.

Quelques exemples de monnaies et de systèmes d’échanges pour commencer :

La première partie de la discussion à tourner autour du pourquoi ? Qu’est ce qui pousse les gens à imaginer une monnaie alternative puisque la logique de l’évolution de notre société va plutôt vers une monnaie unique (exemple du Dollars et de l’Euro). Une multitude de monnaies renvoie à une période ou chacun fabriquait la sienne dans un esprit de contrôle de sa population. Il apparait alors dans ce cas une restriction des libertés et un « trafic » à la frange des différentes monnaies. On constate aujourd’hui une grande méfiance des gens à l’égard du système monétaire global car son contrôle est diffus et opaque. D’où la volonté de créer une monnaie particulière, pour une communauté et dont la gestion est transparente ET interne. Une monnaie en accord avec notre société actuelle qui voit des échanges de produits, de services, de bonnes volonté, de connaissances, etc.

Nous entrons ensuite dans le vif du sujet : c’est quoi le concept ? Je vais le résumer en deux termes qui définissent la voie choisie : la « monétisation » et la « quantification ».

La voie de la monétisation va créer une « vraie » monnaie échangeable avec le système monétaire actuel. Un exemple, le dollar Linden de Second Life qui est utilisé dans la communauté des utilisateurs de ce monde. Le L$ est totalement échangeable avec le $ classique est n’apporte pas vraiment de nouveauté. Il est surtout utile à la société pour contrôler les échanges à l’intérieur de son produit. Cette voie est facilement compréhensible par les gens puisqu’elle ressemble à notre utilisation quotidienne de l’argent et repose sur 2 bases : « plus on en a, mieux c’est » (la richesse entraine la possibilité de faire plus de choses) et « quand y’en a plus, y’en a plus ! » (impossible de donner plus que ce que l’on a).
Il a été assez clair pour nous que les possibilités de cette voie sont réduites puisqu’on reprend simplement la recette actuelle avec de nouveaux termes … Elle pose aussi le problème de la valeur du remerciement. Le quantifier, ce n’est déjà pas simple alors lui mettre un prix …

La voie de la quantification est plus prometteuse car on s’écarte du système monétaire actuel. D’ailleurs le terme « monnaie » est assez inapproprié, il renvoie trop à ce que nous connaissons. Faute de termes appropriés il faut cependant le conserver. Il s’agit maintenant d’utiliser une échelle/monnaie pour mesurer et encourager la collaboration dans une communauté. Le plus dur à intégrer est que les règles de cette monnaie sont à définir ensemble, et peuvent aller contre notre intuition. Ces règles sont même à définir en fonction de notre façon de voir les échanges dans la communauté…

J’espère que je suis à peu prés clair jusqu’au maintenant parce que, à ce moment de la discussion, j’ai commencé à avoir mal à la tête …
On va appeler notre monnaie # et imaginer que dans notre communauté, M. A veuille féliciter/remercier/encourager Mme B en lui donnant 10#. Mme B est dans le même état d’esprit et donne aussi à M. A 10#. Au final la balance de # est nulle et chacun en a le même nombre. Cependant la communauté s’est « enrichie » de 20# par l’échange. Dans le même état d’esprit on peut dire que A et B se sont aussi enrichis de 10#. Il peut également ne pas être nécessaire de posséder des # pour en donner. Le 0# serait alors l’équilibre parfait en « je donne » et « je reçois ». Un équilibre passif si le total en valeur absolue de nos échanges est faible et actif s’il est important. Bon j’arrête car je suis en train de retomber dans les statistiques de ma formation initiale 😉
Bref, suivant les règles qui nous nous fixons dans notre communauté l’utilisation de notre monnaie et sa circulation ne sont pas semblables à la communauté d’à coté. C’est un paramètre important car il a une implication sur la « transférabilité » des monnaies (pour ne pas dire « taux de change »).

Nous avons également soulevé un certain nombre de question au cours de cette discussion qui mêlent souvent le pourquoi et le comment.

  • Est-ce une bonne façon de « valoriser » l’immatériel ? Est-ce qu’on n’a pas plutôt un effet inverse en « quantifiant l’inquantifiable » ? Le problème du remerciement est une illustration simple et parlante. Puis-je dire merci (#2) à une personne pour un acte et merci (#3) à une autre ? C’est quoi un « merci », un « grand merci », un « merci beaucoup » …
  • Comment engendrer l’adhésion collective d’une communauté sachant que pour fonctionner le système doit être global mais que dans l’esprit communautaire l’adhésion est individuelle ? Le système doit prendre en compte sa propre « non utilisation » …
  • Le système peut il engendrer un effet de ghetto ?
  • Comment ne pas tomber dans un simple système de « web reputation » ?
  • Peut-on envisager des liens entre les différentes monnaies libres ? Sous quelles formes ? Ce lien doit il être pensez en amont de leur conception ?
  • Peut-on imaginer un « framework » pour les monnaies libres ? Une « community mark » ?

Bon maintenant vous avez une partie des éléments, à vous de « jouer » ! En effet, cette démarche est expérimentale et, à mon avis, doit encore être testée. Je vais donc de ce pas demander à participer à l’expérience #exploracoeur … et prendre une aspirine.

Je vous propose également les réflexions de Myriam sur ce thème pour ouvrir nos horizons : Twollars, la nouvelle monnaie pour dire merci ? Non merci !

0 thoughts on “RuralCamp Dijon : Monnaies complémentaires / Monnaies du coeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.