Twitter, t’es plus mon copain !

Twitter_256x256Comme vous, je vois beaucoup d’articles passer en ce moment sur Twitter et je suis un peu surpris de la lente évolution de l’admiration vers la critique. Qu’est ce qui peut bien agacer à ce point chez Twitter ? Est-ce que, comme le décrit le « Hype Cycle » de Gartner, nous sommes maintenant dans le « Trough of Disillusionment » après trop d’attentes insatisfaites ?

Pour pouvoir répondre à la question « Twitter est-il utile ? » il faut savoir à quoi il peut servir et ça, c’est vraiment un piège ! Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il ne faire à rien, ou plutôt à tout à la fois. Twitter n’a pas été crée pour répondre à un besoin, il a juste « été crée » et les utilisateurs l’ont adaptés. La plupart des usages sont donc exclusifs, du moins pour la (faible) portion d’utilisateurs actifs (voir l’enquête de Sysomos).
Ce qui m’intéresse personnellement c’est donc le phénomène du microblogging en général, popularisé par Twitter. L’outil en lui-même m’importe peux et je suppose que dans quelques années/mois/jours un nouveau service viendra détrôner le déjà vieux roi (vous voyez la vague?) …

Quels sont les fondamentaux de ce phénomène ? Il s’agit à mon avis de publier des « choses » courtes (texte, photos, vidéos, etc.), avec une durée de vie brève, de manière ciblé et de façon simple : anywhere/anytime/any tout le reste ! Bref on est dans le web en temps réel dont on parle tant en ce moment. A partir de là on peut se demander : 1) que puis-je publier et 2) ca va intéresser qui ?

Au niveau personnel, on est libre de publier ce qu’on veut et, on peut ne pas être intéressé par les conséquences. Parler d’utilité de Twitter pour les individus reviens donc pour moi à se poser la question de l’utilité de la fourchette au diner … vaste sujet où chacun à d’excellentes réponses à fournir !

Si on se place à un niveau plus collectif (entreprise, association, regroupement) les réponses sont plus cadrées. On imagine les conséquences de l’utilisation de l’outil et donc, dans la plupart des cas, on le rend « utile ». On peut faire de la relation clients « en direct » comme le fait @regioneo. Cela suppose évidement d’être réactif (on parle ici en minutes, pas en jours) et de s’assurer que ses clients utilisent l’outil ! D’autres société comme @yoolink, @netvibes ou @bloxx sont aussi de cette façon en prise avec leurs utilisateurs et font passer des messages plus simplement. Vous pouvez imaginer à partir de là tout sorte de déclinaisons : tweets autour de produits, de promotions, d’opérations exceptionnelles …

Cette aspect du temps réel est un vrai plus pour la cohésion de groupe « controlés » ou même fermé : une équipe projet dans une entreprise pour un brainstorming / une prise de décision ou une cellule de crise. J’insiste sur les interactions courtes car je ne crois pas vraiment à la faculté de Twitter à capitaliser l’information pour la rendre facilement accessible a postériori. Oui, il y a les moteurs de recherche intégrés et les #hashtag … mais je doute que les utilisateurs, même les plus actifs, les ajoutent « proprement » à leurs contributions … C’est pour cela d’ailleurs que je doute également du potentiel de veille sectoriel ou thématique de Twitter, mais c’est un autre débat ! Si vous êtes curieux de nouvelles utilisations de Twitter, jettez un oeil sur l’expérience de cette classe de Bac pro.

Ce concept du temps réel est finalement assez contraignant. Pour utiliser Twitter au mieux il faut être connecté et pouvoir réagir vite. C’est cet aspect qui pour moi rendra difficile l’adoption de l’outil dans le milieu professionnel. Malgré l’accélaration du temps engendré par Internet, nous sommes loin d’être tous disponible « Real Time ». Oui, les gens « branchés » sur le Net du fait de leur activité pourront en tirer profit, d’autant plus qu’une partie non négligeable de leurs clients ou de leurs collègues sont du même milieu. Pour l’immense majorité des entreprises, Twitter n’est qu’un canal de communication de plus, avec des contraintes importantes en termes de disponibilité et de ressources. Si en plus leurs propres clients n’ont pas un énorme intérêt dans cette communication en direct je ne vois pas ce qui pourrait les amener au microblogging.

Pour aller un peu plus loin, je vous conseille la lecture de l’article de Frédéric CAVAZZA et de Alexandre HERVAUD sur les statistiques de l’utilisation de Twitter. Ils posent des questions intéressantes sur la pénétration de l’outil. Vous pouvez jeter un oeil sur l’article « Twitter plafonne ? » et les commentaires qui le suivent, en particulier la remarque sur l’obligation de rester connecté pour en tirer profit.

Pour réfléchir sur Twitter en général dans un contexte e-commerce, je vous conseille l’excellent article de Capitaine commerce et le dossier complet de ConseilMarketing.fr ! Plus polémiques mais indispensables pour relativiser la notion de nombre de « follower », lisez l’article « Qui a la plus grosse quéquette sur Twitter ? » de Thierry CROUZET.

Et puis le débat se poursuit aussi sur le blog des réseaux professionnels ! Bref, Twitter fait parler de lui alors allez voir ce que c’est avant de savoir si il pourra vous être utile !

PS : une autre utilisation du microblogging dans le contexte d’une classe, Hotseat.

Tagged on: ,

6 thoughts on “Twitter, t’es plus mon copain !

  1. Pingback: pligg.com

  2. Oliv21

    Merci pour cet article. Pour ma part, je ne comprends pas comment il est possible d’entretenir une relation professionnelle grâce à Twitter. Plus le temps passe, plus mon ressenti sur Twitter est qu’il permet juste de publier des liens vers des sites pro.

  3. Tesla

    Merci pour cet article qui synthétise assez bien la problématique, je ne connaissais pas l’expérience de la classe de bac pro et ça m’a beaucoup intéressé, je vais tenter de la « suivre » désormais.

    Au passage je me permet d’indiquer, qu’à mon sens, il y a un autre article notable que je trouve vraiment bien sur twitter, spécialement pour les non initiés (d’ailleurs dès que l’un d’entre eux me pose une question je le renvoi là bas et ça semble efficace).

    http://fr.readwriteweb.com/2009/07/20/analyse/twitter-twitter-twitter/

    1. gmaubon

      Merci pour le commentaire Tesla. Je suis d’accord avec toi sur la très grande qualité de l’article de ReadWriteWeb. Il a le mérite d’aller un peu plus loin dans l’analyse du phénomène de microblogging.

  4. Pingback: Entreprises, oubliez Twitter, focalisez-vous sur les blogs | ilonet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.