Petit retour sur le dernier MIDEST, le numérique et la réalité augmentée

C’est avec un grand plaisir que j’ai pu assister cette année au MIDEST (le salon mondial de la sous-traitance industrielle) pour jeter un œil à la place de la réalité augmentée dans le quotidien des entreprises du domaine et dans l’esprit des représentant du secteurs. Un peu comme pour le salon Pack&Gift je ressors de mes rencontres avec beaucoup d’espoir mais également en me disant que le chemin sera long !

Si mon sentiment à la sortie du MIDEST est mitigé, ce n’est ni à cause de l’organisation (très efficace), ni à cause du salon lui-même car les exposants sont vraiment intéressants. Ce qui m’intrigue vient plutôt de la différence entre les conférences sur l’industrie du futur et la réalité quotidienne des entreprises exposantes. Voici quelques éléments de réflexions qui ne se limitent d’ailleurs pas à la réalité augmentée.

workshop-industryCommençons par les conférences. J’ai eu la chance de suivre celle de Laurent Couvé (Responsable de la veille stratégique du CETIM) qui présentait le cahier des technologies prioritaires de la mécanique. Voilà un travail remarquable produit depuis de nombreuses années et qui traite à la fois des signaux forts et faibles. Une vraie mine d’or de veille opérationnelle dont vous pouvez trouver une synthèse sur ce lien, le document complet sera bientôt disponible en passant par le site du CETIM. Cette année d’ailleurs, la réalité augmentée entre dans les technologies prioritaires. Si vous voulez travailler avec les industrielles de la mécanique, proposez leur une solution robuste dans le domaine de la maintenance et des manuels d’utilisation augmentée. Vous allez les intéresser ! Attention cependant à la partie matériel. Les lunettes ne sont pas encore robustes, concentrez-vous sur les tablettes pour le moment.

midest2La table ronde suivante sur l’alliance du futur et les projets liés à l’action « usine du futur » sont d’une justesse impressionnantes. Les constats de Jérome Frantz (président de la FIM) et Philippe Contet (Responsable innovation de la FIM) sur les manques de l’industrie sont clairs et partagés. Les solutions existent et sont déjà expérimentées. Je vous invite à lire le cahier de la FIM « Guide pratique pour l’Usine du Futur« . Inutile de vous dire que le numérique est partout, mais vraiment partout. La réalité augmentée n’est qu’un éléments de l’ensemble.

Les discussions sur les stands m’ont ensuite fait un peu revenir sur Terre 😉 Spatialement déjà, les zones « industrie du futur » et « fabrication additive » sont bien discrètes pour des enjeux majeurs. De plus, et c’est un avis personnel, présenter un Cardboard et un robot humanoïde à un public de sous traitants industriels n’est pas le meilleur moyen de les faire prendre le domaine au sérieux. Heureusement, Techviz présentait une solution RV appliquée à la construction. Dommage que celle-ci ne fut pas mieux mis en valeur.

midest1La partie numérique est finalement assez peu présente sur les stands, à part dans la zone réservés aux éditeurs de logiciels (type GMAO), qui restent assez classiques dans leur offres. On notera tout de même plusieurs propositions « atypiques » comme … Autre bonne surprise, Robocortex était présent sur le stand de Carl Software pour présenter un système de téléportation d’expertise « simple » et pratique. Ce système sera bientôt intégré dans les solutions mobiles de l’éditeur. Un premier pas vers de la RA.

Quand aux discussions avec les visiteurs et les exposants, elle font apparaître que le numérique fait peur, tout simplement. Les causes sont multiples. Il y a d’abord un grande méconnaissance du domaine couplé à l’impossibilité de faire « sans ». Les habitudes vont être bouleversés et l’impression dominante des chefs d’entreprises ou des responsables techniques est la perte de leur capacité de décisions. Il y a ensuite un rapport très étrange aux personnes de l’entreprise et aux « jeunes » en particulier. Il faut les séduire et montrer qu’on est « in » avec des applications mobiles et des tablettes. Mais « ils sont trop dans le virtuel et doivent revenir dans le réel ». Il maîtrise les technologies … trop bien d’ailleurs car cela bouleverse la hiérarchie qui, elle, ne sait pas trop faire … Bref, il reste encore du chemin à parcourir et pas seulement technologique !

En résumé, le numérique est dans tous les discours au MIDEST mais il va falloir quelques années pour qu’il soit aussi sur tous les stands. La réalité augmentée commence à faire parler d’elle dans des cas d’usages précis comme la maintenance. Peu présente cette année, je suis prêt à parier qu’elle le sera en 2016, très probablement sur des stands d’éditeurs informatiques de GMAO proposant une composante de RA. Professionnels, c’est le moment de consolider vos partenariats !

5 thoughts on “Petit retour sur le dernier MIDEST, le numérique et la réalité augmentée

  1. Infogérance

    J’ai moi aussi assisté au MIDEST, mais en revanche moi j’étais satisfait. J’ai trouvé l’organisation très bien et les conférences vraiment intéressants. Pour ce qui est de la différence entre les conférences sur l’industrie du futur et la réalité quotidienne des entreprises exposantes que t’as dit, j’ai pas de commentaire …

    1. Grégory Post author

      Il me semble alors que nous disons la même chose non ? Organisation au top dans des conditions pas simples, conférences très intéressantes et exposants avec lesquels on a plaisir à échanger ! Par contre j’aurai bien aimer avoir un commentaire sur le dernier point 🙂
      PS : si possible avec un nom 🙂

  2. Grégory Post author

    Bonjour Ambroise,

    Merci de votre commentaire. Je pense que vous parlez du guide du CETIM ? En effet c’est une concentré de valeur ajoutée impressionnant !

  3. Pingback: La « télé-expertise » est-elle le 1er pas de la réalité augmentée en entreprise ? | Grégory MAUBON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.