Museum connections : Quoi de neuf pour la réalité augmentée dans la culture ?

IMG_8421

Après un trop court passage sur le salon Museum Connections (www.museumconnections.com) dont RA’pro était partenaire cette année, je vous livre un petit compte rendu des offres liées à la réalité augmentée que j’y ai trouvé, et quelques points d’étonnements personnels.

Retrouvez toutes les photos en meilleure qualité sur https://goo.gl/photos/MZsHjcbmzrULAjPs7

Museum Connections est un salon international dédié aux professionnels de la culture et des musées. Toujours très lié aux produits dérivés culturelles, il s’est élargi cette année aux autres métiers de la valorisation et de la médiation. Évidement, le numérique est fortement représenté dans ces derniers domaines, avec en particulier un espace animation impressionnant, piloté par … Si je résume brièvement, on retrouve pas mal de guides numériques (audio, vidéo, mixte, etc.), quelques offre de vitrines interactives et des services plus spécialisés comme des logiciels de gestion de musées, de la maquette virtuelle ou de l’impression 3D.

Holusion

Vous l’avez compris, on trouve de la réalité augmentée dans cette partie valorisation. Il s’agit de guide le visiteur, de lui apporter plus de contenus et/ou de l’immerger dans une ambiance particulière. J’ai retrouvé des entreprises connues des lecteurs de RA’pro comme :

Plus inattendu, la société allemande Euroscope présentait un modèle de télescope touristique qui permet de voir des contenus supplémentaires en surimpression du paysage réel (disponible en juillet 2016). Ils ont d’ailleurs était présentés sur le pavillon autrichien de l’exposition universelle de Milan. Ce n’est pas de la réalité augmentée comme on la définit strictement puisque la position de l’instrument est déterminé « en dur » par des capteurs dans le pied de l’appareil (un peu comme Cluny). Cependant, une seconde version est programmée pour 2017 qui contiendra du vrai calage en temps réel. A surveille donc !

IMG_8432Passons maintenant aux choses plus étonnantes à mes yeux. Au delà de la « zone numérique », c’est à dire dans la partie dédiée aux produits dérivés culturelles, on trouve peu de numérique et pas de réalité augmentée. Les offres sont très belles et très traditionnelles. Étonnement une des conférencières, Michele Tobin (retail director of Walker Art Center Minneapolis), a fait une intervention très intéressantes sur la commercialisation des biens intangibles par une institution culturelle. L’expérience est un peu extrême mais plusieurs musées américains ont expérimenté des souvenirs virtuels en boutiques (avec de la RA parfois comme le National Postal Museum) . Je m’attendais donc à voir plus de liens « physique-numérique » dans les propositions des marchands de produits dérivés. C’est une manière assez simple de faire un contact durable avec son visiteur (puisqu’il doit s’inscrire pour la personnalisation) et donc d’alimenter ses canaux de communication numérique. Force est de constater qu’il y a encore du chemin 🙂 Le numérique reste concentré sur la visite même. L’ « avant » est un peu travailler sous la forme de « préparation à la visite », mais l’ « après » est, il me semble, complètement oublié.

La bonne nouvelle est donc que, si vous êtes une entreprise proposant de la réalité augmentée « packagée », vous avez tout intérêt à vite aller voir les marchands de produits dérivés culturels (en particulier ceux qui proposent des objets personnalisés pour les musées) et leur montrer ce que vous savez faire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.