Les jeunes sont bêtes ! la faute à Internet !

Peut-on dire que les jeunes d’aujourd’hui sont plus bêtes que ceux d’hier ? La question se repose à la sauce « 2.0 » avec l’utilisation croissante de l’Internet et en particulier de Google. Je vous conseille de lire (et de commenter) l’article de Pascal MINGUET sur le blog de TMHC : La génération Google qui fait référence à Les futurs internautes sont déjà de mauvais élèves sur Newzy.fr

Pour résumer rapidement les « jeunes » de la génération Google se contentent d’outils simples pour rechercher des renseignements superficiels qu’ils sont incapables de vérifier. Ils n’en ont d’ailleurs pas les capacités … Il faut ajouter à cela qu’ils n’ont aucun respect pour le travail d’autrui (c’est à dire les droits d’auteurs) puisqu’ils usent et abusent du copier-coller. Bref, un tableau assez noir de la situation, non ?

Comment résumer mon sentiment la dessus ? Avec un peu d’histoire peut être … Au Moyen Age, la connaissance humaine tenait dans une bibliothèque. Il fallait être un vrai privilégié pour y avoir accès : savoir lire, être au service d’une personne ayant suffisamment de pouvoir et d’argent pour pouvoir se procurer les livres, etc. Et ensuite ? La connaissance globale a augmenté, à tel point que qu’il est devenu de plus en plus difficile (puis impossible) de l’appréhender dans sa globalité. L’accès par contre s’est développé puisque les livres et les autres supports sont devenus de moins en moins coûteux et que l’alphabétisation a progressé. Avec l’arrivée des journaux et des magasines une autre mutation s’est produite, la connaissance n’est plus seulement de la réflexion (le livre construit autour d’un thème ou d’une histoire) mais aussi de l’information (une retranscription de l’actualité sans obligation de perspective). Même en étant objectif, cette dernière catégorie est fortement sujette à l’interprétation, il devient donc difficile de définir LA vérité.

La situation d’aujourd’hui peut donc se résumer ainsi :

  1. Il y a une énorme quantité de connaissance humaine, plus que la capacité d’un homme à en faire le tour au cours d’une vie.
  2. L’accès à cette connaissance est globalement facile. Je nuance cette affirmation de mon point de vue d’habitant d’un pays privilégié et en paix, ayant un revenu suffisant pour me connecter facilement à Internet et pour ne pas avoir la hantise chaque jour de trouver de quoi nourrir et habiller mes enfants …
  3. Une grande partie de la connaissance humaine actuelle est faite de l’actualité quotidienne qui, sans préjuger de son intérêt, sera oubliée dans 1, 5 ou 10 ans. Bref, elle n’est pas gravée dans le marbre et est plus affaire d’opinion que de « vérité vrai ».

Il est impératif d’utiliser aujourd’hui des « outils » pour accéder à l’information, Google en est un. Nous cherchons tous la simplicité pour nos objets de la vie quotidienne, est-il si extraordinaire que ces outils de recherche deviennent de plus en plus simples ? La recherche en un clic n’est-elle pas identique au lave-vaisselle à un bouton ? Je ne suis pas convaincu que cette simplification fait de nous des « incompétents » comme l’article le mentionne.

Le fait que nous utilisions tous les mêmes outils est-il un signe d’appauvrissement de l’information ? Plus jeune, je n’utilisais pas Internet pour faire des recherches mais une bibliothèque. Je prenais quelques revues et quelques livres, souvent les mêmes comme mes amis. Est-ce que ma recherche d’information était plus limitée que celle que je pourrais faire aujourd’hui ? Là encore j’ai des doutes …

La question de la véracité de l’information n’est pas simple. Les opinions n’ont pas de vérité, ce sont des opinions. Ceux qui pensent que la vérité vient de l’écrit devraient lire le Figaro, Libération, Les Echos, le Monde et Le Monde Diplomatique sur un même sujet …

En conclusion, pour moi les nouvelles générations ne sont pas plus bêtes que les anciennes, elles sont simplement adaptées au monde d’aujourd’hui. Les choses changent assez rapidement, vous vous en rendez compte, et les différences se creusent peut être un peu plus vite aujourd’hui entre les personnes qui ont simplement 10 ans d’écarts. La période intéressante est encore devant nous, quand la vraie génération internet, celle née dans les années 2000, arrivera en masse dans les entreprises, aux alentours de 2020 (voir cet article). Les habitudes de communications seront alors vraiment différentes de celles que nous connaissons aujourd’hui.

PS : Si les jeunes sont bêtes, ils peuvent quand même nous en apprendre, voir pour cela l’excellent ON NE NAIT PAS INTERNAUTE … ON LE DEVIENT !

0 thoughts on “Les jeunes sont bêtes ! la faute à Internet !

  1. Simon

    Je rejoins entièrement ton point de vue.

    Cette étude (les jeunes plus « bête » que les précédents) m’évoque un tel sentiment de déjà vu…
    Ca me rappelle un peu l’adage du petit vieux sénile : « C’étais quand même bien mieux avant ». Pourquoi dit-il cela ?
    Par ce que les choses le dépassent, il ne comprend plus le train de vie que peuvent mener les générations différente de la sienne.

    J’ai vraiment le sentiment que cette étude met juste en valeur la nette évolution des technologies ces dernières années ; laquelle, loin d’être linéaire, prend de la vitesse.
    En informatique on a l’habitude d’utiliser la métaphore : « si l’industrie automobile avait bénéficié de la même rapidité d’évolution que les technologie, alors les voiture voleraient ».
    Les valeurs et la façon d’acquérir la culture est différente. Nous ne sommes plus dans un monde ou connaitre la littérature du VIIIXe est indispensable. La culture est en phase de devenir un flux d’information accessible à tout moment. Bientôt ce concept n’aura plus de limites avec la délocalisation de l’accès à l’information.

    Ici, il me semble que outils et les habitudes changent, l’intelligence (ou la bêtise) des jeunes n’as jamais variée.

    Une chose qui me surprend au plus haut point est que l’on juge une génération né après 1993 ? Mais qu’attend-on d’eux à cet âge ? Comment juger une population non adulte ? L’esprit de quelqu’un de moins de 15 ans est totalement malléable. On ne peut pas leur demander un jugement parfaitement équitable et argumenté…

    Google est un outil, comme tout les outils, il peut être bien ou mal utilisé, c’est ici que je me tourne vers vous M. Minguet : comme tout outils, il faut l’appréhender,

    « Et vu mon expérience auprès de Bac +2 à l’Université de Dijon-Bourgogne et Besançon c’est très proche de la réalité. »
    Vous trouvez les étudiants « bêtes » (ceux de l’IUT de Dijon (L2)) ? Zut, ce commentaire est donc rédigé par un idiot …
    🙂

  2. ROY

    C’est toujours le même propos sur le conflit de générations. Tout cela a déjà été dit à ce sujet. Je vous recommande d’écouter la chanson de Georges Brassens « Le temps ne fait rien à l’affaire » et celle de Jacques Brel « Les Bougeois ». Au moins vous aurez passé un bon moment sans vous prendre la tête.

    Celui qui critique les jeunes, qu’a-t-il fait pour qu’ils deviennent meilleurs ? ? La critique est trop facile…. Et l’art de transmettre quelque chose de bien à autrui, en particulier aux jeunes, est difficile. Nous avons les jeunes que nous méritont.

    André – 60 ans – trois enfants et bientôt grand-père.

  3. Georges

    Bêtes les jeunes ? Il n’y a aucune raison génétique à cela. Mais, quelqu’un l’a dit, on confond culture et masse d’informations. Plus l’information se massifie, plus son accès est facile, moins elle a de sens et de force, parce que tout finit par se valoir. On agite la jolie info du net, et jamais l’opacité politique et financière n’a été aussi forte. Le net est un outil génial, mais voilà : il n’est qu’un outil. En aval, il faut avoir appris non pas à s’en servir, car c’est simple, mais à lire. En gros, pareil qu’il y a trente ans.
    Autre chose, les forums. C’est fantastique, ça. Sauf que, dans la vraie vie, quand la discussion devenait intéressante parce qu’il y avait des désaccords et que chacun cherchait à convaincre, il n’y avait pas la tactique qui consiste à insulter ou à faire dériver. Le net permet cela, et sur les forums, les vraies discussions deviennent rares, et je ne parle pas de la bouillie xD lol ptdr.
    Enfin, personne n’a jamais eu besoin de la littérature du VIIIe siècle. Ou du rock, ou de Bach, ou du jazz ou de Picasso. Ce n’est pas un besoin. Mais ça embellit la vie. Tout n’est pas sur le net – heureusement. Je souhaite que les jeunes générations se rendent compte qu’il faut savoir dominer son outil.

  4. gmaubon Post author

    Bonjour Georges et merci pour ce commentaire. Je suis complètement d’accords avec toi sur l’usage du Net et sur le fait qu’il faut apprendre à s’en servir.

    Les jeunes d’aujourd’hui arrivent dans un contexte où Internet est omniprésent. Ils n’ont donc pas cette réticence aux choses nouvelles et peuvent directement l’étudier pour en tirer partie. Mais c’est aussi un apprentissag, rien de se fait tout seul. Sans compréhension on va revoir la masse des téléspectateurs passifs. Avec peut être un effet plus pervers, puisque les surfeurs croient maitriser l’information.

    Je reviens aussi sur l’histoire de la « littérature du VIIIe siècle ». SI tu lis bien de commentaire de Simon, il ne s’agit pas de la négliger ou de l’oublier, mais plutôt d’y accéder au moment voulu. Évidement si tu ne connais pas un sujet, je me demande comment je me demande comment tu peux décider d’en avoir besoin … sauf à répondre à des questions style QCM !

    Bref, les connaissances sont aujourd’hui sur le Net c’est un fait. Les jeunes savent manipuler le réseau pour les trouver, c’est un fait également. Est-ce que cela suffit ? Cela me rappelle un peu les enfants qui apprennent par cœur les cours. Quelquefois cela suffit, mais rarement pour innover !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.