Une enquête sur l’impact de la réalité augmentée (dans le marketing)

Je vous propose ici d’explorer un article récent « The Real Story About Augmented Reality » qui nous donne quelques chiffres sur l’impact de la réalité augmentée, et de mettre ces résultats en lien avec les bonnes pratiques que nous connaissons tous … Mais que nous oublions parfois !

L’article dont il est question est paru le mois dernier dans le Ivey Business Journal. Il détaille une étude faite auprès d’utilisateurs de réalité augmentée (environ 1000 personnes) et de professionnels du marketing (environ 300 personnes), et tente de comprendre leur perception de la technologie. Bien que centrés sur un domaine (le marketing, spécialement dans le retail) et un lieu (le Canada), les résultats peuvent être une source d’idées pour tous les projets utilisant la réalité augmentée.

« Nevertheless, despite all the media hype over high-profile uses of AR technology, it remains unclear just how effective the augmented reality solution has been as a marketing and advertising tool in the retail sector. »

Connaissance et utilisation de la la réalité augmentéeSans entrer dans les détails des chiffres que vous pourrez étudier dans l’article, un peu plus de la moitié des personnes interrogées a une idée de ce qu’est la réalité augmentée. Dans cette moitié, 75% ont effectivement vu une expérience de réalité augmentée et 40% l’ont effectivement essayé.

Vous noterez d’ailleurs que le PC à une place importante dans ces tests alors qu’on pense plutôt un usage sur mobile, j’en reste encore étonné !

L’interprétation des usages est plus compliqué, sauf à dire que la vente liée à la réalité augmentée et l’utilisation dans le commerce restent faibles. On voit que l’usage provient principalement d’une sollicitation marketing sans que cela semble impliquer une modification du comportement d’achat.

L’utilisation semble également pointer vers la recherche d’informations, ce qui n’est pas différent de beaucoup d’autres applications mobiles. J’ai du mal à imaginer la réalité augmentée comme une « killer app » dans ce domaine sauf en la réduisant de la reconnaissance de formes et d’images, couplée à une recherche dans des catalogues de ventes. On est plus vraiment dans le domaine.

Utilisation de la réalité augmentée par les professionnelsSi on passe du coté des professionnels du marketing, les chiffres sont assez étonnants. Qu’à peine plus de 10% des interrogés utilisent de la réalité augmentée aujourd’hui n’est pas vraiment étonnant. Cela pourrait même donner une vision optimiste du développement potentiel … si 50% ne déclaraient n’avoir aucune intention d’utiliser de la réalité augmentée dans l’avenir. On peut espérer que l’effet Pokémon Go passera par là !

Pour ceux qui utilisent déjà la réalité augmentée ou qui vont le faire, le marketing revient très majoritairement comme domaine d’application mais un tiers citent tout de même la vente comme un usage possible.

Pour ceux qui ont utilisé dans la réalité augmentée, la mesure du succès des opérations semblent assez compliquée, puisque un tiers n’en ont aucune idée (!) Pour les autres, un grand quart pensent que l’opération a été un succès.

Conclusions ?

Crédit photo: POP.H / Source / CC BY-ND

Crédit photo: POP.H / Source / CC BY-ND

Il convient de rester prudent comme dans toute exploitation de sondages sur des échantillons limités. Cependant on peut tirer quelques enseignements.  La plupart des utilisateurs ne savent pas ce qu’est la réalité augmentée en pratique. Avec le succès de jeux comme « Pokemon Go » ou de vidéos de prototypes trouvées sur Youtube, il est même probable qu’ils attendent plus de la science fiction que du réel. Faut-il donc absolument parler parler de réalité augmentée dans une application aujourd’hui ? La question se pose pour éviter en particulier un effet décevant. Il me semble plus simple de communiquer sur l’expérience et la valeur ajoutée.

L’importance des objectifs et des métriques n’est plus à démontrer, pour la réalité augmentée ou pour tout autre projets. Cela parait évident mais il est impossible de qualifier un succès sans indicateurs et il est impossible de définir des indicateurs sans objectifs …

Pour le mot de la fin, je n’ai rien trouvé de mieux que la conclusion de l’article 🙂

« For marketing managers, this means they cannot afford to remain in an inertia mode. Despite the existing overload of digital marketing tools available, we conclude that it is now time for organizations that want to remain competitive to explore the adoption of AR technology and move to keep pace with the new generation of high-tech customers »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.