La réalité augmentée au Forum Blanc : nouveaux médias et nouveaux usages

C’est avec un grand plaisir que j’ai participer cette année au Forum Blanc pour parler de la réalité augmentée et des usages qu’on pouvait en faire, partout sauf dans les médias 🙂 Il s’agissait d’échanger avec des professionnels de la création de contenus pour comprendre leurs attentes.

Vous ne trouverez pas ici un compte rendu exhaustif de la journée du 11 janvier mais plutôt une mettre en lumière des points qui m’ont semblé ressortir assez régulièrement. Je suis intervenu au nom de RA’pro et vous comprendrez donc que dans la présentation ci-dessous je passe un peu de temps à parler de l’association.

 J’ai noté tout d’abord la confusion dans les termes utilisés comme RA / RV et 360°. Même si toutes ces technologies sont immersives et que, finalement, ce qui compte se sont les usages, il est dommage de ne pas appeler les choses par leur nom, surtout quand on est un professionnel du domaine. Le 11 janvier, la plupart des discussions sur les technologies et les usages immersifs se sont concentrés sur la vidéo 360°.

 

 

Le besoin de narration est revenu régulièrement au cours de la journée comme une condition assez forte de réussite. Cette narration est rendue compliquée par le format même du 360° qui donne une grande liberté aux spectateurs. Et de retomber dans les questions qui étaient soulevées au cours de Laval Virtual 2015 : faut-il libérer l’utilisateur ou au contraire l’encadrer (et comment) ? Apparemment rien n’est encore vraiment tranché sur le sujet. Cela tombe bien, je vous propose de refaire un point au cours du prochain Laval Virtual Days du 2 février !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je suis très heureux de constater que le son à pris une part importante dans les expériences de RV et de 360°. L’intervention de Marc Muller (ASPIC Tech) fut de ce point de vue très enrichissante. Les deux dernières années ont permis de grands progrès dans ce domaine et il est devenu beaucoup plus simple de proposer de vraies expériences sonores immersives.

Autre facteur d’étonnement : les métriques utilisées pour juger de l’impact d’une campagne utilisant du 360° ou de la RV sont plutôt pauvres. On reste très souvent aux « like » et aux vues sur les réseaux sociaux. Il est vrai que cela correspond généralement à une volonté du client d’avoir des « retombées presse ». Peu s’intéressent aux impacts sur le monde réel comme les hausses de fréquentation pour les lieux ou les hausses de vente pour les biens. Ce sont évidement des métriques un peu plus complexes à determiner.

Bref, beaucoup d’échanges très riches sur les futurs contenus des futurs médias !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.